Lipoaspiration sous mentale Nouméa

Alfred-Hitchcock

La lipoaspiration (liposuccion, liposculpture) corrige l’accumulation des graisses profondes qui résistent au régime et au sport. Elle est indiquée de façon isolée dans le traitement des doubles mentons lorsqu’il n’y a pas d’excédent de peau associé.

Les consultations préopératoires :

La première consultation permet au chirurgien de prendre connaissance des attentes du patient ainsi que du retentissement esthétique et psychologique du problème. Un interrogatoire sur les antécédents médicochirurgicaux est indispensable. Le chirurgien  examine ensuite son patient afin d’apprécier l’importance de l’excédent graisseux, les éventuelles asymétries et l’état de la peau (élasticité, tonicité…). Cet examen approfondi permet au chirurgien de proposer une technique adaptée . Bien entendu, les modalités de l’intervention, le type d’anesthésie, l’emplacement exact des cicatrices, les suites postopératoires habituelles ainsi que les complications éventuelles seront exposées en détail.

La deuxième consultation permet une réponse personnalisée aux éventuelles interrogations du patient. Un nouvel examen clinique permet de valider la proposition thérapeutique envisagée initialement et de réaliser un bilan photographique complet. Un devis détaillé est  établi.

L’anesthésie est le plus souvent locale pure. Aucun traitement contenant de l’aspirine ne devra être pris dans les 10 jours précédant l’intervention.

La cicatrice mesure quelques millimètres et est cachée dans un petit pli sous le menton.

L’intervention :
Elle dure en moyenne une demi-heure et se pratique, en fonction des cas, sous anesthésie locale ou rarement sous anesthésie locale potentialisée. L’aspiration s’effectue de façon homogène et adaptée à l’excédent graisseux et à l’aspect de la peau. Il faut laisser une épaisseur minimale de quelques millimètres de graisse sous la peau afin d’éviter les irrégularités.

Les suites postopératoires :
La douleur est en règle très modérée .
En post-opératoire, il ne faut pas s’effrayer :
– de l’apparition d’ecchymoses d’importance variable, disparaissant spontanément en 1 à 2 semaines,
– de troubles sensitifs de la région opérée pendant quelques semaines,
– d’un œdème post-opératoire, parfois asymétrique, maximal vers le 4ème jour. Cet œdème disparaît complètement en trois mois environ, 50 % des résultats étant obtenus en un mois et 75 % en deux mois.

L’intervention se déroule en hôpital de jour. On peut reprendre une activité professionnelle très rapidement en maquillant les ecchymoses.

Les soucis et complications :
Un hématome est toujours possible et une infection exceptionnelle.
Les résultats sur l’aspect de surface de la peau dépendent des possibilités de rétraction de la peau, de son élasticité et de celle des tissus sous-cutanés. Ces éléments sont parfois difficilement prédictibles et peuvent altérer le résultat.

Le suivi postopératoire :
Il n’y a pas de fils à enlever. Ceux-ci sont dissimulés sous la peau et de résorbent seuls.
Les visites postopératoires au premier, troisième et sixième mois permettent de surveiller l’évolution du résultat.