Le ronflement est consécutif à un rétrécissement du diamètre des voies respiratoires qui offre une résistance et impose un effort. Le traitement du ronflement simple est donc d’améliorer la fluidité du passage de l’air dans les voies respiratoires et de lever les obstacles si il y en a.

L’air avant d’arriver dans les poumons, passe dans les fosses nasales, derrière le voile du palais, dans l’oropharynx derrière les amygdales et l’arrière de la langue puis passe entre les cordes vocales pour arriver dans la trachée, les bronches et enfin les poumons.

Pendant le sommeil, les muscles, la langue, les tissus du palais et de la gorge se relâchent et peuvent bloquer partiellement le passage de l’air des voies respiratoires supérieures. Ceci cause une résistance au passage de l’air ce qui fait vibrer ces tissus et cause le bruit du ronflement. Tout obstacle le long du trajet des voies respiratoires induit une accélération de l’air qui passe, et induit ou majore le ronflement.

with-snoremender

 

La cause principale du ronflement simple est un obstacle au passage de l’air dans les voies respiratoires hautes.

-Une grosse langue, des amygdales et végétations hypertrophiques, du palais mou trop bas, trop flasque, une longue luette., etc. sont autant d’éléments qui peuvent influencer l’espace disponible dans la gorge pour une respiration normale et efficace. Tout état infectieux ou inflammatoire qui augmente le volume de ces structures favorisent également les ronflements.

-Des voies nasales étroites pour des raisons anatomiques ou fonctionnelles peuvent rendre la respiration nasale  impossible et force le dormeur à respirer uniquement par la bouche, ce qui cause le ronflement. Des infections ou inflammations nasales qui provoquent une obstruction nasale provoquent des ronflements pour les mêmes raisons.

Traitement du ronflement simple

Après avoir déterminé le siège de l’obstacle respiratoire, votre médecin va vous proposer un traitement  et vous donner des conseils adaptés.

Certaines mesures préventives peuvent être utilisées pour diminuer ou éliminer le ronflement.

-Éviter la consommation d’alcool et la prise de somnifères car cela contribue à relâcher les tissus mous du palais et de la gorge, qui rétrécissent le diamètre des voies respiratoire, et vibrent plus facilement, ce qui aggrave le ronflement.

-Eviter la consommation de tabac et à plus forte raison de cannabis. La fumées est irritante pour l’arrière de la gorge et peut provoquer une inflammation qui rétrécie les voies aériennes

-La cause la plus fréquente de ronflement est l’excès de poids. Des études ont démontré qu’une diminution de poids chez des personnes souffrant d’embonpoint est souvent suffisante pour diminuer de façon significative l’intensité du bruit pendant le ronflement.Dans certains cas, cela peut parfois complètement éliminer le ronflement.

-Avoir une bonne position pendant le sommeil peut diminuer ou éliminer un ronflement léger ou modéré. Dormir sur le dos augmente les chances de ronfler. Il existe certains moyens comme des gilets spéciaux, bracelets avertisseurs vibrants qui peuvent rappeler au dormeur de changer une position de sommeil inadéquate.

-La position de la tête et du cou peuvent influencer l’ouverture des voies respiratoires supérieures et indirectement le ronflement l’apnée du sommeil. Il existe des oreillers « anti-ronflement » qui permettent d’améliorer légèrement la respiration en maintenant le cou allongé.

L’obstruction nasale mécanique impose d’importants efforts respiratoires la nuit. Cet effort accélère la vitesse de passage de l’air dans les voies aériennes et induit ou majore le ronflement. Le traitement du nez normalise le passage du flux aérien et diminue voire supprime le ronflement.
Ainsi, un traitement médical peut être proposé: traitement de l’allergie du nez, perte de poids, prothèse d’avancée de la mâchoire, restriction de somnifères, d’alcool,…

Une solution chirurgicale est parfois possible: remise en place de la cloison (septoplastie), raccourcissement des cornets du nez (turbinectomie) remise en tension du voile du palais (UVPP), avancée de la mâchoire, exérèse des amygdales (amygdalectomie),…

Pour plus d’informations sur l’intervention, voir la fiche de consentement éclairé de la Société Française de Chirurgie Cervico-Faciale : septoplastie, turbinectomie, UVPP, amygdalectomie.

.

.